HOME (Le film) – Yann-Arthus Bertrand

« HOME » le film prise de conscience de Yann-Arthus Bertrand

Je souhaitais à nouveau partager le film « HOME » de Yann-Arthus Bertrand.

Réalisé par le photographe Yann Arthus-Bertrand et commenté par lui-même dans sa version courte, et Jacques Gamblin dans la version cinéma, HOME vous plonge dans un extraordinaire voyage visuel autour du monde.

C’est un film unique qui aborde le débat actuel sur le changement climatique d’un point de vue complètement différent, donnant au spectateur la possibilité de voir par lui-même comme notre Terre est en train de changer. Se basant sur des informations spécialisées, cartes et graphiques, ce film est une inspiration directe pour nos cœurs et touche nos âmes.

Englobant 54 pays et 120 lieux, tous d’une perspective aérienne, le film capte les paysages les plus impressionnants de la Terre, exhibant son incomparable beauté tout en reconnaissant sa vulnérabilité. HOME est un fascinant et émouvant avertissement sur ce qui est en jeu : la Terre, avec toute sa beauté et les personnes qui y vivent.

HOME est le premier film au sujet du changement climatique qui a été réalisé en n’utilisant que des images aériennes.

Le film marque les débuts de l’artiste-activiste, Yann Arthus-Bertrand, comme réalisateur de cinéma.

 

Que pouvons nous faire ?

Notre terre est précieuse et pourtant nous la maltraitons. Quelle planète allons nous laisser à nos enfants et petits-enfants. Cela devrait nous faire réagir. Quel monde souhaitons-nous pour demain ?

Ce documentaire « HOME », nous rappel comment notre planète est belle et fragile et qu’il faut en prendre soin. Comme l’on prend soin de nos propres enfants.

Cette mère nourricière que nous pillons sans nous soucier de son équilibre. Sans même nous soucier de la survie des Humains qui la peuplent.

Chaque jour, nous coupons de plus en plus la branche sur laquelle nous sommes, comme des innocents sans cervelle.

Je vous invite à lire l’article sur la consommation responsable ici ou encore cette article sur les fêtes de fin d’année et comment les rendre responsables ici

BIO de Yann-Arthus Bertrand

Né en 1946, Yann Arthus-Bertrand s’est toujours passionné pour le monde animal et les espaces naturels. A l’âge de 20 ans, il s’installe dans le centre de la France et dirige une réserve naturelle.

À trente ans, il part au Kenya accompagné de son épouse Anne. Il réalise une étude sur le comportement d’une famille de lions dans la réserve du Massaï Mara, qui durera 3 ans. Très vite, il utilise l’appareil photo pour consigner ses observations en complément de l’écriture. Pour gagner sa vie, il est en même temps pilote de montgolfière. Il découvre le monde vu du ciel et s’adonne à la photographie aérienne. Celle-ci révèle une autre réalité d’un territoire et de ses ressources. C’est véritablement à ce moment qu’il trouve sa vocation : témoigner par l’image de la beauté de la Terre. C’est aussi de l’impact de l’homme sur la planète. Cette aventure donnera naissance en 1981 à son premier livre Lions, des lions que Yann Arthus-Bertrand aime à présenter comme ses « premiers professeurs de photographie ».

Le photographe au grand coeur

Yann devient photographe de grand reportage. Il collabore à des journaux comme National Geographic, Géo, Life, Paris Match, Figaro Magazine etc. Progressivement, il se lance dans des travaux plus personnels.

Il se lance aussi sur la relation homme/animal desquels sortiront les livres Bestiaux et Chevaux. En 1991, il fonde Altitude, la première agence de photographie aérienne dans le monde.

A l’occasion de la première conférence de Rio en 1992, Yann Arthus-Bertrand décide de se lancer dans un grand projet photographique pour l’an 2000 sur l’état du monde et de ses habitants :

c’est La Terre Vue Du Ciel. Ce livre a rencontré un succès international avec plus de 3 millions d’exemplaires vendus et l’exposition photographique en plein air, présentée dans une centaine de pays, a été vue par quelque 200 millions de personnes.

Son engagement

Prolongeant son engagement pour la cause environnementale, le photographe crée la fondation GoodPlanet. Depuis 2005, cette organisation non gouvernementale s’investit dans l’éducation à l’environnement ainsi que la lutte contre le changement climatique et ses conséquences.

Au sein de la fondation, Yann développe le projet 6 milliards d’Autres, devenu le 31 octobre 7 milliards d’Autres. Son principe est simple : aller à la rencontre des 7 milliards d’habitants de la planète et recueillir leurs témoignages. À ce jour plus de 6000 témoignages ont été filmés dans 84 pays.

Du pêcheur brésilien à la boutiquière chinoise, de l’artiste allemande à l’agriculteur afghan, tous ont répondu au même questionnaire sur leurs peurs, leurs rêves, leurs épreuves, leurs espoirs : une quarantaine de questions essentielles permettent ainsi de découvrir ce qui nous sépare et ce qui nous lie.

Et Aujourd’hui ?

Aujourd’hui Yann Arthus-Bertrand est davantage considéré comme un militant écologiste que comme un photographe à succès. C’est cet engagement qui lui vaut le 22 avril 2009 d’être nommé « Ambassadeur de bonne volonté » du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).

Je vous invite à partager cet article et à visiter le site de Yann-Arthus Bertrand
http://www.yannarthusbertrand.org/fr
https://www.goodplanet.org/fr/

Visitez notre chaîne youtube

Des centaines de Vidéos de Développement Personnel réalisés par des professionnel du développement personnel, misent gratuitement à votre disposition.

Publicités

LA SLOW FASHION, TENDANCE DU JOUR OU MOUVEMENT DURABLE ?

La ”Slow Fashion,” c’est cette nouvelle vision d’une mode durable, qui permet au      consommateur conscient de se créer son propre style en choisissant des pièces faites pour durer et créées dans le respect de l’environnement et de l’humain.

Pour moi, créatrice de mode éthique depuis 15 ans, c’est limpide: la “Slow Fashion” c’est l’avenir de la Mode. Je vous explique pourquoi c’est une vraie révolution douce à laquelle il serait bon que nous participions tous:

Fast Fashion vs Slow Fashion : quelles différences?

A priori, la mode doit vous sembler à l’opposé du développement durable, mais les choses changent! La ”Slow Fashion,” c’est cette nouvelle vision d’une mode durable, qui permet au consommateur conscient de se créer son propre style en choisissant des pièces faites pour durer et créées dans le respect de l’environnement et de l’humain.

Cette vision porte l’émergence de créateurs qui s’engagent pour une mode intemporelle de qualité, produite dans des conditions éthiques pour les personnes qui travaillent sur les vêtements comme pour notre planète.

A l’opposé, la “fast fashion”, c’est un peu comme le fast food: on ne se pose pas de questions, et on craque pour un top pas cher qui suit la dernière tendance dictée par les magazines féminins. Peu importe s’il est entaché par les larmes d’épuisement d’une esclave à l’autre bout de la planète, ou si ses couleurs “in” ont contribué à polluer irrémédiablement les nappes phréatiques des pays où l’Occident a relégué ses activités industrielles les plus sales.

BREF: la fast fashion, c’est si loin que cela ne nous concerne pas!

La Slow Fashion, c’est la mode avec conscience

En faisant le choix de la Slow Fashion, vous reconnectez avec une manière plus intime et personnelle de s’habiller, plus Femme (ou Homme, ils s’habillent aussi!) et moins mouton. Vous manifestez votre engagement en contribuant par vos choix de consommateur à l’avènement d’un monde meilleur.

S’habiller éthique, c’est une toute petite action, mais qui a vraiment du sens!

S’habiller Slow, c‘est s’épanouir dans la créativité de son style à soi

Vous n’avez plus envie de vous laisser mener par le bout du nez?

L’objectif de l’industrie de la mode est de vous pousser à racheter une garde robe à chaque saison, de vous enchaîner aux derniers diktats en vogue, même si cela ne vous va pas!

Créativité, acceptation de son image et maturité, voilà ce que vous offre l’attitude Slow Fashion.

Cette prise de conscience vous encourage à tenter des associations et accessoirisations inventives qui reflètent votre personnalité propre.

Craquez, mais pour de belles pièces que vous aimerez pendant plus de quinze jours!

C’est aussi un système de valeurs à partager: vous pouvez initier vos amies et vos filles à cette façon plus profonde de mettre leur féminité en beauté.

Le statut de fashion victim, c’est out!

Encourager la Slow Fashion c’est mettre la qualité avant la quantité

Vous l’aurez compris: une mode conçue en harmonie avec la nature et l’humain n’est pas faite pour se déchirer ou pelucher au bout d’une semaine, mais pour durer longtemps dans votre garde robe. Les tissus choisis sont des matières naturelles nobles ou recyclées. La coupe aussi peut être conçue pour privilégier des tailles adaptables et accompagner l’évolution des silhouettes au fil des ans…

Cette assurance de qualité et d’éthique vient forcément avec des prix un peu plus élevés, mais cela ne devrait pas vous dissuader:

Ne pensez pas au prix, mais plutôt combien ce prix est divisé par le nombre de fois ou vous porterez un vêtement qui vous correspond vraiment et qui vous accompagnera pendant longtemps.

L’éthique, dans la mode comme pour le reste, en fait, c’est rentable!

La Slow Fashion nous responsabilise

Prendre soin de ses vêtements, voilà une exigence dont la responsabilité est partagée! Ceux qui conçoivent la Slow Fashion le font avec beaucoup de soin, ceux qui la produisent aussi, car elle ne sort pas des « sweatshops » de production de masse.

C’est au client final aussi de prendre soin des pièces qu’il a choisie: Cela implique de mieux se familiariser avec les matières, de lire les étiquettes, notamment  les consignes de lavage et d’entretien.

En prenant bien soin de vos vêtements, vous les considérez avec respect et avec eux toute la chaîne de personnes qui ont contribué à leur fabrication.

La récompense de cette attitude pleine de conscience, c’est de redonner une vraie valeur aux créations que vous choisissez et que vous portez.

La Slow Fashion est là pour durer: c’est un changement de paradigme pour qui l’adopte

Une fois que l’on s’est remis en question et que l’on met plus de conscience dans ce que l’on choisit de porter, il est difficile de faire marche arrière!

Alors oui, la Slow Fashion est une tendance qui va durer, et conquérir à la fois créateurs et consommateurs.

Porter des vêtements qui ont du sens, c’est s’habiller d’une seconde peau qui nous fait nous sentir profondément bien, une peau pleine d’espoir dans le futur de l’humanité…

 

Alors oui, la Slow Fashion est une tendance qui va durer, et conquérir à la fois créateurs et consommateurs.

Porter des vêtements qui ont du sens, c’est s’habiller d’une seconde peau qui nous fait nous sentir profondément bien, une peau pleine d’espoir dans le futur de l’humanité…

Soirée Sens et Expérience

 

Nathalie LEFEVRE, journaliste et directrice de Radio Médecine douce, a créé un spectacle innovant et interactif autour du développement personnel et la recherche de notre connexion intérieure. Créer l’émotion et se connecter à elle tous ensemble.

Passionnée et adorant partager ce qui lui semble avoir du sens au plus grand nombre, elle a osé se lancer dans l’aventure de l’événement, organise et fait appel à chaque édition à de nouveaux intervenants issus du milieu du développement personnel.

Elle nous raconte comment a émergé l’idée, comment elle a affronté ses interrogations pour réaliser ce concept pour le plus grand plaisir des spectateurs.

 

Pour tout renseignement complémentaire : http://www.santeportroyal.com/soiree-sens-et-experience

 

Galerie Photo de Soirée Sens et Expérience.

Crédit photo Christian Durand & CquandC

 

 

VIVRE EN CONSCIENCE

 

VIVRE EN CONSCIENCE,

UNE DÉFINITION DE L’ACTION SOLIDAIRE ET ÉTHIQUE ?

Nous entendons de plus en plus parler de conscience, de vivre en conscience. Cela est-il lié à ce mouvement émergent de l’économie éthique ?

La prise de conscience : comme si, auparavant, nous aurions été aveugles à quelque chose ?

Les événements de nos vies, notre nouvelle vision du monde grâce aux technologies de communication, nos expériences, les situations expérientielles vécues se sont alliées à l’empathie et à la compassion toujours grandissantes. Au lieu de nous faire peur et de nous donner envie de nous enfermer, elles nous aident à nous décoquiller l’esprit et à poser un regard différent sur notre façon de vivre.

Melissa de Valera est entrepreneuse sociale, fondatrice et directrice artistique de la marque en couture éthique TAKLA MAKAN. Elle a vécu près de 12 ans en Inde et nous explique comment elle est parvenue à prendre ce recul suffisant grâce au choc des cultures franco-indiennes.

 

 

Concert sous hypnose avec Geoffrey Secco

 

La créativité humaine n’a pas de borne et lorsqu’il s’agit de développement personnel, tout au moins l’idée du développement de notre potentiel, c’est encore plus fantastique.

Geoffrey Secco, artiste musicien et compositeur, saxophoniste, flûtiste et clarinettiste, nous entraîne dans son univers musical où il amène l’auditeur à savoureusement augmenter le  plaisir de l’écoute d’un bon concert grâce à un état de conscience modifié. Partie hypnose dirigée par Kevin Finel.

Son quartet donnera la première représentation 2017 au théâtre des Feux de la Rampe le mardi 24 janvier prochain. (tout renseignement sur www.geoffreysecco.com)

Il y a 2 places de concert à gagner.

Laissez-vous entraîner dans une aventure inédite, riche en émotions et accessible à tous ! » Un Concert sous Hypnose !

Seriez-vous prêts à vivre un voyage musical hors du commun ?

Sur scène, cinq performers s’unissent pour vous faire vibrer dans une écoute plus intense :
un sax ténor,
une harpe,
une basse,
des drums,
et un spécialiste de l’hypnose.

Une expérience unique où la pop-electro-jazz de Geoffrey Secco entre en résonance avec un public aux perceptions augmentées par l’hypnose.