AUTOSABOTAGE

L’étape du passage à l’action ne peut être atteinte et réussie que si l’on s’y est préalablement bien préparé, parfois sur le long terme pour des habitudes certes néfastes mais bien ancrées, depuis des années et des années voire depuis notre tendre enfance parfois.

Il faut savoir que nous pouvons tous changer ce que l’on juge être une mauvaise habitude, si toutefois nous avons un bon motif, un réel et fort « pourquoi » et une bonne stratégie. Quitter trop rapidement une mauvaise habitude ou une addiction ne fonctionne pas durablement, notre seule volonté ne suffit pas pour des habitudes ancrées. Il faut aussi envisager et accepter aussi que l’on peut avoir des rechutes, c’est normal. Mais ce sera plus simple ensuite à remettre en place si on réagit rapidement.

La première étape consiste à arrêter de se soucier et de s’appesantir sur le sujet, et plutôt d’y travailler dessus. Savoir aussi qu’il n’existe pas un bon moment en particulier pour s’en défaire, c’est quand on se sent prêt et que l’on a bien compris que les bénéfices que nous procure cette habitude néfaste ne sont rien en rapport avec ceux que nous allons acquérir en la remplaçant par autre chose. Il nous faut alors bien imaginer ce que sera notre vie, une fois libéré de cette mauvaise habitude. Car même un bon changement menace notre sentiment de sécurité et notre équilibre et va changer le « puzzle » de notre organisation de vie. C’est ainsi que nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à prendre un engagement sérieux et ce, même si leur vie en dépend.

Il est plus facile de mettre en place une nouvelle habitude que de se défaire d’une ancienne car tant que nous sommes en lutte avec, c’est voué à l’échec.  Aussi le fait de mettre l’accent, le projecteur sur notre nouveau style de vie nous donne le pouvoir à terme de mettre en place le changement que l’on désire.

Il s’agit donc d’élaborer un plan d’actions de remplacement des habitudes toxiques par de nouvelles plus saines, plus bienfaisantes pour nous et ce, en tenant compte que toute habitude bonne ou mauvaise, démarre avec une envie, qui est, la plupart du temps, déclenchée par une émotion mal gérée, ou c’est une envie situationnelle liée à un endroit (une glace à la plage, une gaufre ou des churros au parc, etc.), à des personnes (tel type de restaurant ou de nourriture avec tel ou tel ami ou groupe…), etc.

Il faut savoir que plus on pense à quelque chose et plus cette chose exerce son empreinte sur nous. Il nous faut donc fuir ce qui peut générer des pensées négatives, néfastes et rechercher tout l’inverse.

Une tentation commence par retenir toute notre attention et à accaparer toutes nos pensées ? Celles-ci stimulent nos émotions qui nous poussent à l’action et à agir selon ce que l’on ressent ?

Plus on va persister à dire « je ne veux pas faire cela » et plus on va être attiré par le cela en question.

Donc, ignorer une tentation est beaucoup plus efficace que de la combattre. Une fois que notre esprit est occupé ailleurs, la tentation perd son pouvoir. Aussi, quand une tentation, une envie néfaste arrive, ne pas tenter de réfléchir à savoir comment s’en débarrasser mais l’accueillir et y couper court purement et simplement. Pour cela, il faut parfois s’éloigner physiquement d’une situation de tentation, c’est une des rares occasions où la solution réside dans la fuite : par exemple éteindre la télévision et sortir, ou quitter un groupe qui se livre à des commérages ou bien encore éliminer toutes les tentations alimentaires de chez soi par exemple.

En résumé, pour vaincre les mauvaises habitudes, l’idéal est de les remplacer par d’autres meilleures. La nature ayant horreur du vide, c’est le principe de remplacement qui nous fait triompher du mal par le bien, et aussi le fait de bien nourrir nos pensées et notre esprit.

Stratégie en 3 étapes pour nous aider à briser nos mauvaises habitudes et à les remplacer par de meilleures pour nous :

Identifier les déclencheurs de nos envies néfastes dont on souhaite se débarrasser, puis se poser la question « Qu’est-ce qui déclenche cela ? ». Tout en sachant que les envies sont le plus souvent déclenchées par des émotions mais peuvent l’être aussi par des environnements, des situations : certains lieux, certaines personnes, certaines heures de la journée, certaines circonstances, etc. Par exemples, manger une glace à la plage, des churros au parc, boire de l’alcool et/ou fumer avec tel ou tel ami, etc.

Changer la récompense, le bénéfice immédiat de cette mauvaise habitude par exemple la mauvaise nourriture, trop grasse, trop salée, trop sucrée, l’alcool, la cigarette, la procrastination, etc.) qui ont pour vocation de diminuer ou de masquer une douleur, une émotion négative, un mal être, le stress, la pression psychique ; par d’autres plus saines telles que pour notre exemple l’activité physique, la méditation, écrire, se confier, mettre en place des projets, etc.

Une fois identifiées nos habitudes néfastes soit connaître nos envies, quand et pourquoi elles se déclenchent et la récompense que l’on cherche à obtenir ; mettre au point un plan d’actions en se demandant

« Comment je peux changer cela ? Par quoi puis-je le remplacer ? »


Joëlle Pétrod

Créatrice de Jeune et Punchy

www.jeuneetpunchy.com

Joëlle Petrod

Créatrice de Jeune et Punchy
Depuis toujours passionnée par la psychologie (analyse transactionnelle, psychocybernétique, psychologie alimentaire) , l’alimentation saine et l’hygiène de vie et surtout leurs interactions entre elles, Joelle est en veille constante pour apporter et partager les pistes nécessaires permettant de suivre son propre adage :
« être acteur de son bien-être pour être au Top de sa forme/santé/beauté et énergie. Être jeune et punchy, c’est dans la tête … et sans se prendre la tête ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *